Errata Nouvelle Histoire de Villemur   




Errata de la Nouvelle Histoire de Villemur



ERRATA

Nouvelle histoire de Villemur

tomes 1 - 2 - 3


Quelques errata concernant les tomes 1 et 2 nous ont été indiqués par Jean-Charles Rivière.

Une liste formant un premier relevé partiel du Tome 1 nous a été communiquée par Pierre Villa, apport  utile à tous les lecteurs.

Qu’ils en soient remerciés.

 

Tome 1

p. 35 (6e ligne avant la fin), Benoît Pendaries (15 mai 1595-novembre 1797) lire : (15 mai 1795- novembre 1795) ; p 97 21e, ligne avant la fin, lire : Villemur ; p. 98, 2ère ligne du § 2, lire : à la différence de ses cousins ; idem, 9E ligne avant la fin, lire : dans le Bas-Quercy ; p. 99,  11e ligne avant la fin, lire : pour la place et le castellum vers 1035 ; p. 138, 2e §, 1ère ligne, lire : on ne sait ce qu’elle est advenue ensuite ; p. 173, 9e ligne : quand il leur fallut défendre leur bien ; idem, 5e ligne avant la fin du récit de Barrat : dont le plus grand renom est d’avoir ; p. 197, 15e ligne de l’avant dernier §, lire : Bernarde… épouse en 1323 [et non en 1723] ; p. 187, note 63 lire Aliguier et non Aldiguier ; p.201, 7e ligne, lire : de savoir si on est  en présence d’un Via; 204, 6e ligne, lire 1345 au lieu de 1355 ; p. 207, 10e  ligne, lire : Jean XXII (et non XII) ; p. 221, 16e ligne avant la fin, lire : en 1346 menée par le  roi Edouard ; p. 222, 6e ligne avant la fin, lire 1362 au lieu de 1562 ; p. 228, ligne 1, lire : les routiers rayonnent aux alentours ;  p. 248 Catherine, 3e ligne de l’encadré, lire (1468-1517) au lieu de (1470-1577) ; p. 251, 4e ligne, lire Couserans ; p. 252, 13e ligne avant la fin, lire :il n’en va pas de même ; p. 263, 4e ligne, lire : les troupes de François de Guise ; p. 266, 10e ligne du 2§, lire : peut corroborer l’identification ; p. 281, 4e ligne du dernier §, rue de la Bataille ; p. 285, 4e ligne du 2e §, lire : Chambre des comptes de Montpellier ; p. 294, 12e ligne : actes de 1619 et 1620  achat de Bellujon ; p. 310,  19e ligne avant la fin, lire : une tour de garde sera ; p. 321, 4e ligne avant la fin, lire : Le chevalier de Vineuil cède en 1658 [au lieu de 1668 ] la vicomté ; p. 322, 14e ligne avant la fin , lire : avec une joie plus vive ;  p. 326, 13e ligne : Vicaire général de Montauban ; p. 336, 11e ligne :  hors de la porte Saint-Jean ;  p. 392, 12e ligne de l’avant-dernier §, lire : éviter que le feu ne prenne ; p. 444, 12e ligne, lire : le 2 février 1793 au lieu de 1993 ; p. 482, 5e ligne, lire : mai 1793 au lieu de mai 1993 ; 486,  3e ligne du 2e §, lire : désignés pour cette fête ; p. 555, 12e ligne avant la fin, 7 ventôse an II, lire : [25 février 1794] ; p 540, 6e ligne, 22 brumaire an VIII, lire : [13 novembre 1799] ; p.  550, 4e ligne du dernier §, avant encadré, lire : de la part des habitants ; p. 565, 7e ligne, lire : En 1806-1809, Cailhassou ; p. 568, 2e ligne de l’encadré,  lire : 1788 au lieu 1688 (Pierre Aché) ; p. 614, 9e ligne du 2e §, lire : l’autorisation de défricher ; p. 623, 2e ligne du § alignement des rues, lire : un plan d’alignement est établi par la commune en 1842-1843 ; p. 672,  16e ligne du 2e § lire  la ligne est de 21,170 km ; p. 674, 3e ligne de l’avant dernier  lire : n’a pas empêché la fermeture ; p. 676, 6e ligne avant la fin, lire : que le maire voulait interdire ; p. 696, 4e ligne, lire : François Vigouroux ; 709, 18e ligne avant la fin, lire : le courrier que le soir, vers 5 ou 6 h. ; p. 721, 19e ligne avant la fin, lire :  qui expire dans l’ambulance du front ; idem, 5e ligne avant la fin, lire : front ; p. 730, 8e ligne avant la fin, lire : Evariste Ribas ; p. 762 lire : Joseph Ryeman  soldat aux FFI de la Haute-Garonne, né en 1926 à Friedichsthal  (Sarre, Allemagne) au lieu de Joseph  Raymond ;  p. 769, 1e ligne du 2e §, lire : friches agricoles ; 796 , note 310, 2e ligne (liste des morts pour la France, lire Roger Louchet au lieu de Loucher ; idem, lire : André Pendaries au lieu de Jules Pendaries, mort à l’âge de 20 ans à Nenours en Algérie, le 23 mars 1961.

 

Tome 2

pp. 136, 149 (note 71 et 73), 314, 356, 566, 570, 594 (note 26 et 37), 840, lire rusc (ou rusq) au lieu de ruse[1].

p. 7, avant-dernière et dernière lignes, lire : l’achat de la vicomté par Lesdiguières le 26 décembre 1596 et non 1586 ; p. 231, on lit : « Après 1317, le nouveau diocèse de Toulouse comprend, au nord, deux archidiaconés Villemur/Canet et Villelongue ». Il convient de lire le seul archidiaconé de Villelongue ; p. 254 : lire : l’ordonnance du 7 décembre 1652 ; p. 452, note 18, lire nous indiquent au lieu de nous indique ; p. 547, note 104, lire 7 juin 1621 au lieu de 7 juin 1620 ; p. 626, 7e ligne avant la fin, lire 4 août 1793 au lieu de 1993. 

 



[1] Rusc : il s’agit de contenant et de mesure de vin (pièce de bois chêne). On distingue la rusc-pipe et la rusc-barrique. La rusco est l’écume qui déborde de la cuve en fermentation ou de la barrique quand on la remplit de vin.




© 2018 CT